Le marais de Groléjac (24)

Ce marais calcaire est situé sur la commune de Groléjac en 24, à la limite du Lot, donc dans le sud-est du département. Un sentier d'interprétation sillonne le cœur du marais en circulant sur des passerelles en bois surélevées. Toujours en eau, on peut admirer un paysage de Carex et d'Aulnes glutineux. Certains oiseaux migrateurs viennent y passer l'hiver comme les Sarcelles d'hiver et on peut entendre le ''grouinement'' du râle, le cri du Pic Noir. On peut observer un nuage de Tarins des Aulnes, apercevoir des Bécassines des marais. C'est une ambiance tout à fait particulière,  à faire hors saison de vacances pour le calme. On peut ensuite faire le tour du lac sous la surveillance de l'oie blanche protégeant sa famille: des cygnes. Il est classé Réserve Naturelle Régionale

http://www.grolejac.com/tourisme-loisirs/la-reserve-naturelle/


La vallée du Turançon, Valojoulx (24)


Le Verdon sur mer (33)

Le Verdon sur mer est une commune située à la pointe du Médoc. Elle est entourée d'anciens marais salants abritant une faune variée.

Nous avons découvert au marais du Logit quelques espèces emblématiques comme la Cistude d'Europe, le Guêpier d'Europe ou encore les Echasses blanches . Pour consulter les infos sur ce site connectez-vous sur http://www.tourisme-leverdon.com/.

Voici les photos des espèces contactées.


La forêt de la Double en Périgord vert (24)

La Double est une large zone humide remarquable composée d’étangs artificiels, de nauves, de landes humides, et d’un vaste réseau hydrographique incliné vers le sud-ouest, ce qui fait de la Double toute son originalité (Annexe 2). Elle est limitée par quatre vallées avec au nord la Rizonne (affluent de la Dronne) au sud l’Isle, à l’ouest la Dronne, et à l’est la Beauronne (CAUE Dordogne). L’altitude moyenne avoisine les 100 mètres ou la Double est constituée de nombreux vallons et collines. Les écoulements d’eaux acides sont irréguliers et les milieux aquatiques sont peu diversifiés et pauvres. Les nauves sont d’un intérêt patrimonial surprenant : elles sont de petits cours d’eau sans lit propre surnommées « eaux sauvages » car elles suivent en surface la direction souterraine du talweg, et sont intermittentes. Elles déterminent des espaces marécageux qui, en fond de vallon, créent des étangs. L'  étang de La Jemaye est le plus grand de cette écorégion.
La Double est modelée par une accumulation de sédiments détritiques appelés « sables du Périgord », venus du Massif Central et de régions cristallines à l’ère tertiaire, à dominance d’argiles et de sables oligocènes qui se sont déposés dans une dépression datant du crétacé, sur les calcaires de l’ère secondaire (Annexe 3 et 3 bis). Cet épandage composé de nappes d’argile, de sables et de graviers, a construit des sols bruns acides plus ou moins lessivés (pH compris entre 4,2 et 6,5) pauvres et imperméables, présentant le plus souvent un humus de mauvaise qualité. La couche arable composée de sable et de terre végétale, de 20 à 40 cm d’épaisseur repose sur une nappe d’argile allant de 20m à 80m d’épaisseur.  Pendant la saison humide, les terrains sont de véritables mouillères ou nauves qui a la saison sèche se craquellent. Ce qui en détermine des terres peu fertiles très difficiles à cultiver et une intense exploitation sylvicole

FLORE:

 

Vaste massif forestier de feuillus, on retrouve principalement des Chênes pédonculés (Quercus robur) et des résineux comme les Pins maritimes (Pinus pinaster), des landes de Bruyères et de Joncs, de la Molinie (Molinia caerulea) et une végétation herbacées adaptée au sol argileux et humide. La pente légère est inférieure à 15%. Dans les milieux aquatiques on notera la présence de plantes insectivores comme les Utriculaires (Utricularia vulgaris, Utricularia australis neglecta, Utricularia minor) et la Grassette du Portugal (Pinguicula Lusitanica), la présence des Nymphéa et Nuphar lutea. Sur les pourtours poussent des Phragmitaies (phragmites australis), joncs et carex variés, herbiers à Littorelles abritant Littorella uniflora et Pilularia globulifera.

FAUNE:

 

Le réseau d’étang permet d’accueillir une faune très variée dont des espèces protégées au niveau européen (espèces d’intérêt communautaire) comme la Cistude d’Europe (Emys orbicularis), le Vison d’Europe (Mustela mustela) (La région de la Double est un des derniers espaces européens où subsiste une population de visons d’Europe) et la Loutre (Lutra lutra).

La forêt abrite de grands mammifères très présents et une avifaune très variée qui attire nombre d’ornithologues: Circaète Jean-le -blanc, Milan noir, Bondrée apivore, Balbuzard pêcheur, Pic mar, Pic noir, Torcol fourmilier, Fauvette pitchou....

D’autres espèces d’intérêt communautaire à enjeux de conservation sont présentes comme la Genette (Genetta genetta), le Fadets des Laîches (Coenonympha oedippus), le Damier de la Succise (Euphydryas aurinia), le Cuivré des marais (Lycaena dispar), le Gomphe de Graslin (Gomphus graslinii), le Chabot (Cottus gobio), la Lamproie de Planer (Lampetra planeri), l’Ecrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes), et la Moule d’eau douce (Anodonta cygnea).

Espèces invasives/envahissantes:

Ecrevisse de Louisiane (Procambarus clarkii), Perche soleil (Lepomis gibbosus), Solidago à feuille de graminée (Solidago graminifolia), Jussie (Ludwigia sp), Ragondin (Myocastor coypus).


Les Etangs de La Jemaye

Situés au cœur de la Forêt de la Double, ils font partis du vaste réseau hydrographique de cette écorégion, coincés entre la vallée de l'Isle au Sud et le val de Dronne au Nord. Nous sommes à l'ouest du département et donc à l'ouest du Périgord vert et à la limite du Périgord blanc.

Ce sont des étangs artificiels, façonnés par les moines des abbayes au moyen-âge.